Et qu'est-ce que j'en pense ?

UNE VIE MEILLEURE

UNE VIE MEILLEURE ( Cédric Kahn ) – film de 2012

une-vie-meilleure-04-01-2012-14-g

(http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=187890.html)

Ce soir, avec ma famille, je décide d’observer le film de Kahn, dont ma prof de philo m’avait conseillé le visionnage. L’on me l’avait vendu comme un drame présentant un couple devant faire difficilement faire face à la froideur des institutions. Je me suis trouvée devant un film long, au scénario improbable, et qui m’a fait ressentir qu’une certaine incompréhension face aux personnages.

Sincèrement, je n’ai pas du tout aimé ce film, et je pense qu’il y a un problème principal à ça : le scénario. Il n’a absolument aucun sens. Enfin, si, il pouvait être assez intéressant au début, mais très rapidement, il part en sucette et valse dans des situations de plus en plus impossibles et incohérentes ! C’est l’histoire d’un jeune couple, qui fou d’amour, trouve une maison abandonnée et décident de l’acheter pour en faire un restaurant. Mais ils n’ont pas un rond et mentent à la banque pour avoir le prêt afin de faire les aménagements. Mais ils n’ont plus l’argent pour mettre en route le restaurant et là s’enchaînent problèmes sur problèmes. Yann, le jeune homme, se retrouve finalement avec l’enfant sans père de Nadia, la jeune femme, qui part au canada pendant normalement un mois ( puis finalement huit ), sans plus donner de nouvelles. C’est alors un ramassis de scènes étranges, de comportements plus idiots les uns que les autres. Je ne sais pas si ce film veut finalement exprimer le fait que lorsqu’on commence avec une mauvaise décision on ne fait qu’en prendre tout le long de sa vie ? Néanmoins, je n’ai ressenti aucune pitié pour aucun des personnages, ou peut-être seulement le gosse, qui n’a rien demandé à personne, et qui se retrouve assez fréquemment dans des conditions de vies déplorables.

D’ailleurs, il lui arrive de louper l’école etc… mais il n’y a pas de services sociaux ni rien qui semblent s’inquiéter de lui. Il y a une scène où l’assistante sociale dit faire un dossier pour donner l’enfant aux services sociaux, mais il n’y a pas de suite à celle-ci, cette affaire est totalement oubliée, comme si la scène n’était finalement là pour faire COMME SI, ils avaient voulu donner de la cohérence. Parce que LA il n’y a AUCUNE cohérence. J’ai noté une autre invraisemblance ( bon, peut-être que j’en demande un peu trop ? ), mais Yann dit régulièrement à l’enfant qu’il ne peut pas payer quoi que ce soit ( pas même un taxi ), mais pourtant, il lui offre une place dans un bateau pour pêcher en mer ( et en tant que bretonne d’origine, je suis bien placée pour savoir que la pêche en mer, c’est pas donné ! ). Je suis peut-être un peu violente avec le scénario, mais vraiment, l’on vient à discuter pour comprendre le lien entre les scènes, pour savoir pourquoi les personnages font ça, etc…etc… Effectivement, je me plains régulièrement des films moralistes qui nous donnent des leçons de vie, mais là, j’ai l’impression simplement qu’on nous dit que d’être dans la merde et de prendre des mauvaises décisions c’est pas grave. Que de prendre un gosse pour l’emmener dans les pires squats ( ou l’abandonner totalement ), ne pas l’emmener à l’école, c’est pas important. Qu’au final, on peut tromper les banques, avoir 90 000 euros de dettes, et que pourtant, tout ce qu’on a fait est bien. Alors certes, oui : je suis pas moralisatrice avec les personnes dans ce cas de figure, mais je ne peux simplement pas m’accrocher aux personnages. Pourtant, ils sont présentés comme devant inspirer la pitié ( il y a un très grand nombre de gros plans qui nous donne les émotions des personnages ), mais je n’arrive simplement pas à excuser toutes leurs conneries. Ce sont des personnes qui font tout à l’envers, qui ne réfléchissent jamais à ce qu’ils font, même après une première bêtise, et qui se plaignent presque de leur condition. Mais mince ! Ce n’est même pas la froideur des institutions : c’est simplement la bêtise des personnages.

Mais je m’égare, et c’est une critique très personnelle, à l’égard de ce genre de personnages. Alors je vais me recentrer sur des détails plus techniques. Tout d’abord, les coupes temporelles : je constate dans le film ( peut-être simplement pour un effet pratique ), il y a de nombreux sauts dans le temps. Néanmoins, ils ne sont pas indiqués ( genre, il n’y a pas de dates en bas du cadre ), et si l’idée de faire différent pouvait être agréable, le manque de repère plonge en fait le spectateur dans une vraie incompréhension du propos. Je pense que c’est cette absence de repères qui joue beaucoup sur ma déception du scénario. En effet, beaucoup de ces sentiments d’incompréhension se jouent sur l’impression que tous les éléments se chevauchent, ce qui est sans doute l’effet voulu – pour exprimer une sorte de fatalité de tous les problèmes qui tombent sur le couple, mais du coup, que tout est trop rapide pour être normal. Pour donner un exemple, le couple tombe amoureux en une journée, et puis juste après, il nous semble qu’ils font leur premier achat ensemble, et juste après encore, ça se casse la figure. Puis on nous apprend que plus de 3 ans s’était écoulé, en fait, entre l’achat et le début des problèmes. Je ne sais pas si je m’exprime bien, mais cette volonté de déstabiliser le spectateur joue vraiment en défaveur du propos. Je pense que les scènes aussi sont très longues et parfois, donne une impression de lassitude au film, mais je suppose que je les ai ressenti comme ça parce que je n’arrivais pas à entrer dans le drame et je ne pouvais pas vivre les sentiments des personnages, parce que je ne m’y identifiais absolument pas.

Pour en finir avec mes critiques acerbes, j’aimerai parler de la scène finale. L’on y voit Yann et l’enfant sur un traîneau qui voguent sur la glace dans un plan englobant tout le paysage blanc. Il est très énigmatique et en fait, nous donne aucune vraie information : est-ce qu’ils restent au canada ? Qu’est ce qui se passe pour la mère ? Ils n’ont pas de visa, eux, alors qu’est-ce qui va se passer ? Je pense que cette scène voulait marquer le bonheur des protagonistes de s’être retrouvés, et la possibilité d’un avenir plus beau et radieux, loin de la peur et des dettes et des erreurs…. néanmoins il donne l’impression que le réalisateur ne savait pas vraiment comment terminer son film, et qu’il a utilisé une image assez banale et facile pour clôturer son œuvre dans un mystère facile, qui  » résout tout ».

Après, tout n’est pas à mettre au feu dans cette production, loin de là. J’aime beaucoup les trois acteurs principaux ( notamment Guillaume Canet, même si je ne pense pas que ce soit son plus beau rôle, ni sa plus belle performance et que je le préfère comme réalisateur que comme acteur ), les images sont vraiment jolies, et les gros plans sont d’une plasticité que je ne peux pas nier. Mais je pense, que le gros soucis du film est définitivement son scénario, et que s’il avait été remanié avec un peu plus de sens, moins de drama grotesque, et peut-être justement en imaginant les deux amants comme victimes d’un système ( parce que je pense que la banque et ses défauts peut être très largement traitée pour ce genre de drama, sans partir dans un grotesque fou ) et non pas comme de simples imbéciles, le film aurait pu être un véritable moment de plaisir.

En bref, je ne le recommande pas particulièrement, et je pense que c’est un film que je ne reverrai pas une seconde fois.

LES PLUS : L’image, est définitivement une très belle image.

LE MOINS : Le scénario. Sans hésitation.

3 avril, 2015 à 23 h 06 min


Laisser un commentaire